Les Drogues

Le monde de la nuit est intimement lié à l’usage des drogues.

Que ce soit l’alcool à la fête du village ou bien les stupéfiants dans les rave party.

L’interdit ne suffit pas à limiter les dégâts, bien au contraire…

Il me semblerait utile de mieux sensibiliser nos jeunes aux risques encourus.

Les drogues possèdent leur utilité propre et elles deviennent dangereuse lorsqu’elles sont prises en dehors de leur contexte. Bien qu’il y ait aussi des drogues sans utilité qui ne devraient même pas exister tant elles sont addictives et destructrices.

Mieux vaut bien s’informer et avoir le retour d’expérience de ceux qui en reviennent avant de tester n’importe quoi.

Même si l’addiction n’est pas toujours physiologique, elle peut le devenir. Le cerveau crée facilement des liens entre les expérience physiques et psychoactives aboutissant à des habitudes. Se fixer des longues périodes de délai entre les expériences permet de maintenir le savoir de s’amuser sans.

Dans le moins pire des cas, car légal, l’alcool modéré aide la transabilité. Non pas pour la désinhibition sociale, mais comme un conducteur entre la musique et notre corps. Par contre, trop d’alcool tue l’expérience de transe.

L’utilisation de drogue doit rester sacralisée, c’est-à-dire dans un but noble et constructif. Un plaisir contre un travail sur soi. Ou plutôt le plaisir de travailler sur soi. Gardez en tête une intention claire et pourquoi vous êtes là.

N’ayant qu’une faible expérience de leur usage, je ne peux présenter que ma propre interprétation que je m’en fais. Je manque de connaissances sur le sujet.

A commencer par les pires, que j’appelle les drogues du désespoir et qui sont consommées dans des contextes sociaux qu’il vaut mieux fuir pour s’en sortir. Celles qui créent un manque physiologique fort et immédiat. Héroïne, Crack, substituts et apparentés. Chanceux sont ceux qui n’y ont jamais gouté.

Très répandue, la Coke est désastreuse. Elle coute cher et dure peu, elle offre une illusion de puissance et d’endurance, tout comme les amphétamines, elles créent une forte dépendance tout en nous éloignant de nous-même. Je les appelle les drogues de l’égo.

Les drogues de détente, telles que le cannabis sont moins nocives à long terme voir même thérapeutiques dans certains cas, mais les habitudes qui en découlent peuvent conduire au manque de motivation, de courage, d’ancrage et de virilité. « Ce que la marijuana t’offre en créativité, elle te le reprend dans l’incapacité d’agir »(Sacha Guitry). Contrairement à l’alcool, le cannabis n’aide pas la transe, il nous ramollit de trop.

Les plantes Enthéogènes peuvent devenir des médecines de l’âme lorsqu’elles sont utilisées dans leur contexte. C’est le cas des champignons, la DMT, l’Ayahuasca, l’Iboga, le Peyote et apparentés Elles ne sont pas inoffensives, les blessures spirituelles engendrées par des « forçage de porte » peuvent devenir irrémédiables. Prudence donc, il est important de se sentir prêt, humble et accompagné d’un vrai chamane.

De toutes ces drogues, aucune n’est réellement destinée à la transe, ce sont des drogues de visions, d’endurance ou de détente. Les drogues dansantes sont apparues plus récemment et sont la plupart synthétiques.

Même sans expérience, j’invite à refuser les amphétamines. Speed, Taz, Ecstasy et autres hasardeux bombons multicolores très facile à se procurer. Nous n’avons aucun recul sur ces molécules fraichement inventées. Il existe tant de produits qu’il est impossible de les classifier. C’est un peu la roulette russe, certains en sont morts pour êtres mal tombés. Aucun intérêt à prendre ce risque quand on a envie de construire une vie.

De toute façon, nous n’avons plus besoin de ces drogues de l’endurance pour tenir la soirée, le grounding économise nos forces, et nous permet d’en puiser de nouvelles à mesure que l’on danse.

Faute de n’avoir pas encore trouvé une plante saine, les drogues qui sont le plus adaptés à la transe seraient le LSD, la MDMA et le poppers. Quoique qu’elles ne soient pas sans risques, leurs effets sont mieux connus. L’habitude du LSD tends à nous garder perchés et incapables de s’intéresser aux choses quotidiennes de la vie. L’habitude à la MDMA assèche notre glande du bonheur et peut nous reprendre à jamais tout le bonheur conquis, il faut le voir comme du bonheur à crédit. Elle nous amène à serrer la mâchoire qui aboutit à l’usure des dents tout comme les acides. Le poppers, bien que légal aide la transe mais de courte durée, il est plus contrôlable mais reste extrêmement dangereux à long terme. C’est un oxydant puissant qui altère la qualité du sang et peut mener au SIDA, théorie officiellement controversée  mais pourtant scientifiquement documenté. Prudence donc.

Le grounding amplifie les effets des substances et inversement, elle change la perception de l’expérience mystique, en la faisant passer du récréatif au psychotrope avec des sensation de paix et de canalisation proche de la DMT. L’expérience de puissance de l’âme, le contact avec la souveraineté, la vérité, la présence, l’amour inconditionnel ont pour effet de guérir nos souffrances les plus profondes.

Malheureusement, les drogues sont des outils à double tranchant, elles peuvent nous élever tout autant que nous détruire. La dépendance peut vite s’installer. Nombreux sont ceux qui se laissent illusionner dans un sentiment de fausse force. Certains jeunes ne savent même plus s’amuser sans.

Le grounding permet justement de savoir jouir de la musique sans même l’utilisation de drogues. La plupart des drogués ne prendront jamais autant de plaisir à danser qu’un transeur.

Servons-nous-en comme une fierté et un bouclier contre la tentation.

 

 

redescente

Redescente

Toute substance psychoactive implique une redescente dans la matière. Une morosité physiologique peut s’installer ainsi que la nostalgie de l’expérience. Il peut devenir fatigant d’avoir à se concentrer sur des taches quotidiennes. Ma technique consiste à reprendre une activité physique quotidienne. Faire du sport, ou bien tondre la pelouse, prévoyez votre liste de taches qui ne nécessite pas trop de réflexion intellectuelle car vous êtes encore en méditation et que vous digérez vos révélations. Mieux encore, mettez à jour des taches qui trainent et qui vous hantent. Une fois réalisées, vous aurez une plus grande sensation d’utilité et vous reviendrez plus facilement sur terre.

C’est le moment pour honorer et remercier, retranscrire les informations que vous avez reçu et les mettre en application. Si l’expérience vous aide réellement à vous connaitre et mettre en pratique, alors vous pouvez vous offrir le droit de recommencer, un jour, lorsque vous aurez bien assimilé et intégré les visions et que vous avez de nouvelles questions sur vous-même.

La vraie vie se trouve dans la matière, dans le travail et le collectif, ces expériences solitaires ne doivent pas dériver en plaisirs égoïstes obsessionnels, mais dans un but de se comprendre, de guérir ses blessures et de devenir bienveillant, dans le service aux autres et dans l’action concrète.

N’hésitez pas à partager vos conseils et expériences en commentaire

Suivant ->

<- Précédant

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s